Cru cuit

Matthieu Saintier (texte et illustration)
Format 15 × 15 cm
Sortie le 02 novembre 2018
24 pages
ISBN 979-10-94908-11-2
À partir de 1 an

9,90

Un imagier photo vivant et accessible pour donner à voir la transformation des aliments.

En proposant un produit cru en regard de sa version cuite, cru cuit révèle le lien qu’entretiennent ces aliments familiers. Une carotte pleine de terre devient une purée savoureuse, le sucre du caramel et le maïs tout jaune se métamorphose en pop-corn croustillant.
Et l’on se plaît à chercher d’autres aliments qui se transforment après un passage en cuisine.

À déguster avec les yeux.

µ Ils ont aimé

Ricochet

Croquer la pomme à pleines dents ou déguster une belle part de tarte aux pommes ? Cru ou cuit, il faut choisir ! Et chaque aliment a sa propre transformation : le fromage perd sa rondeur pour devenir filaments, le chocolat ne se croque plus et dégouline, le maïs gonfle et éclate ! A travers chaque duo, les photographies proposent un impossible dilemme, car il est bien sûr totalement inenvisageable de trancher, de choisir un camp, d’opter uniquement pour une seule forme. Entre la fraise nature et la confiture, quelles succulentes différences, qui se savourent l’une autant que l’autre !

Les mets présentés mettent tous l’eau à la bouche, les mises en scène font saliver et, en un mot, la lecture donne envie de déguster ! Une seule envie après avoir refermé le livre : filer au marché et se mettre à cuisiner !

Déborah Mirabel

lire l'article

La mare aux mots

Une châtaigne qu’on ramasse (encore dans sa bogue) fait face à une châtaigne grillée dans un cornet de papier. Du fromage sur l’étal d’un fromager sur la page de gauche, une pizza couverte de fromage fondu sur la page de droite. Puis ce sera du chocolat et un fondant au chocolat ou encore un panier de tomates et une tarte à la tomate…
Cru d’un côté, cuit de l’autre, ici on découvre les aliments avant et après préparation. Les photos sont absolument magnifiques et l’idée est très bonne ! C’est un ouvrage parfait pour parler avec les enfants de l’origine de ce qu’il y a dans leurs assiettes… Les végétarien·ne·s et véganes regretteront juste la page sur le poisson.
Un imagier photo intelligent et beau !

lire l'article

la Revue des livres pour enfants

Cet imagier photographique en couleur présente, sous la forme d’un avant/après, divers aliments, manipulés, cueillis ou mangés par des enfants. Les photos, aux couleurs saturées, sont prises en gros plans rapprochés, et montrent, page de gauche un épi de maïs, des fraises dans un jardin, des pommes de terre à la découpe ; page de droite un enfant se régalant de pop-corn, d’une tartine de confiture, d’une barquette de frites. Les propositions sont variées, les cadrages réussis, les aliments appétissants et l’atmosphère estivale. Miam !

Marine Planche, La Revue des livres pour enfants, n°305 février 2019, p11

 

lire l'article

La littérature jeunesse de Judith et Sophie

Cet imagier propose des photos d’aliments crus d’un côté et cuits de l’autre. Châtaigne, fromage, chocolat, tomate, il y en a pour touts les goûts. Les photos sont jolies, en plan très rapproché, mettant bien en valeur la nourriture et le plaisir qu’elle offre aux enfants de la cueillette (quand il y a lieu) à la dégustation.

Bon appétit !

lire l'article

Chloé Seguret

Dans ce petit imagier cartonné, Matthieu Saintier explore les différents états des aliments.
Sur la double page on peut voir en vis-à-vis de la nourriture avant et après cuisson.

La châtaigne est d’abord présenté dans sa bogue, au sol, sur une photo qui sent bon les promenades automnales en forêt. Puis dans un cornet de journal, avec sa peau et épluchée.

C’est ensuite le fromage, sur l’étal du fromager, que l’on retrouve tout fondant sur une part de pizza.

La plupart des photos sont prises en plan très rapprochés, elles mettent en valeur les mains des enfants. Ce sont eux qui ramassent, cueillent, coupent puis qui goûtent, dégustent, savourent.

Les enfants confondent souvent cuit et chaud. Un truc chauffé mais pas cuit les laisse perplexe, l’idée que la confiture, qu’ils mangent toujours froide, puisse être cuite plus encore.
Ici la transformation est mise en avant. Spectaculaire quand il s’agit de l’épi de maïs devenu pop-corn, elle est discrète dans le cas du plat de poissons, accompagné de tranches de tomates et de citron.

Les enfants s’interrogent alors et parfois nous posent des questions. Ils peuvent être incrédules et ont du mal à faire le rapprochement entre la sucette au caramel et les morceaux de sucres.

Un bien joli travail de photographie et un album très sympa qui peut être feuilleté comme un imagier avec les bébés ou exploré plus longuement et même expliqué avec les plus grands.

lire l'article

BBthèque

Cet imagier et premier documentaire utilise avec bonheur le média photo pour donner à voir, en lecture miroir, les deux versions d’un même aliment, la version crue à gauche, la version cuite à droite.

De double page en double page, le bébé lecteur explore ainsi la pomme, la châtaigne, le fromage, le chocolat, la tomate, le maïs, la fraise, le sucre, les pâtes, la carotte, le poisson et la pomme de terre… dans plusieurs de leurs états, dans la mesure où ils se transforment par l’opération de cuisson. Sur chaque photo, prise de manière rapprochée, l’enfant est présent, et toujours, acteur de l’image, en interaction avec l’aliment : on voit le plus souvent une ou deux petites mains désignant ou touchant l’aliment, si ce n’est un regard observateur ou des bouches gourmandes tant le mets semble appétissant…

Ou comment, dès le plus jeune âge, par une démarche réaliste et sensorielle, mettre la main à la pâte… et l’eau à la bouche tout à la fois. Direction la cuisine, chers bébés lecteurs !

lire l'article