dans la ville

Tineke Meirink (texte et illustration)
Format 15 × 15 cm
Sortie le 04 octobre 2018
56 pages
ISBN 979-10-94908-10-5
À partir de 3 ans

13,90

Après Dans la rue, Tineke Meirink revient avec un nouvel album de photographies illustrées. Légèrement plus long que le précédent, Dans la ville nous invite encore une fois à regarder autour de nous et à faire travailler notre imagination. Vous y croiserez un couple de culturistes, un pirate, une fourchette géante et toute une faune de pingouins, grenouilles ou éléphants.

Et vous ? Que croisez-vous d’extraordinaire en vous promenant dans la ville ?

Collection : .

µ Ils ont aimé

Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin

Véronique Soulé chronique dans la ville dans l’émission Écoute ! Il y a un éléphant dans le jardin du 28 novembre 2018.

 

Dans la ville, de Tineke Merink, aux éditions Le Diplodocus, est un petit album pour les tout-petits, un imagier réalisé à base de photographies retouchées, qui les invite à ouvrir l’œil autour d’eux et à laisser vagabonder leur imagination.
Sur le même principe que pour son précédent livre, Dans la rue, l’auteure a promené son appareil photo dans la ville pour mettre en clichés palissades, chantiers, façades ou rambardes qui l’inspirent et l’intriguent. Sur un rythme binaire, elle expose d’abord la photo, en couleur, telle quelle, puis au dos, page suivante la même photo sur laquelle elle a dessiné quelques traits ou taches pour composer un personnage, animal ou objet à partir des éléments de la photo.
Des portes en bois deviennent des haltérophiles, une rambarde en fer forgé se transforme en vache, une citerne rouillée un cochon… Des grenouilles, un pingouin, un pirate, un crocodile… Il y a une trentaine de photos, certaines plus intrigantes ou évocatrices que d’autres. Les retouches, entre guillemets, ne sont pas toutes aussi réussies et drôles, mais on se prend vite au jeu d’essayer de deviner quel personnage ou bestiole va apparaître ou celui qu’on aimerait voir apparaître au verso de la photo, légendée par un petit texte qui court au bas des pages. Bien sûr, le principe n’est pas nouveau, et on pense bien sûr aux albums encore inégalés de la photographe américaine Tana Hoban. Cependant, cet album photographique renouvelle le genre avec inventivité.

lire l'article

Sans connivence

Oui, je sais, les enfants adorent la nature, ses fleurs, les animaux si mignons qui s’y baladent et la possibilité de courir partout dans tous les sens… sauf que beaucoup habitent en ville. La ville, aux yeux d’un enfant, offre elle aussi beaucoup de possibilités de s’émerveiller. Ca clignote, vrombit, brille, circule, pétarade, … Mais au quotidien, avec ses mamans pressées, on ne prend plus le temps de la regarder cette ville. Son rythme et celui que lui imprègne ses papas ne laissent pas le loisir de voir qu’elle recèle une myriade de petites entrées pour le rêve et le jeu.
Tineke Meirink, illustratrice et photographe néerlandaise, nous propose cette rentrée une sorte d’imagier/jeu, qui invite les enfants à s’intéresser à des éléments qu’ils pourraient croiser dans leur ville, de les observer puis de les décaler pour les transporter dans l’imaginaire. L’album de petit format propose d’abord la photo brute. On tourne la page, et hop, un coup ou deux de crayons et nous voilà transportés ailleurs, dans un univers plus drôle, plus enfantin, moins âpre que le béton et le fer qui envahissent le quotidien des urbains.

C’est ludique, créatif, toujours poétique… Un petit texte, plein de richesses, apporte un complément littéraire à l’ensemble. Les enfants à partir de 4/5 ans prendront plaisir à feuilleter et refeuilleter cet album. Sans doute que, l’oeil de votre héritier, ainsi titillé, devrait jeter un regard différent lors sur le parcours qui l’emporte vers le cours de chinois ( bien plus chic que l’anglais!). Les plus créatifs pourraient se risquer à transformer les photos du deuxième mariage de tonton Christophe, c’est si facile avec de bons feutres. Alors planquez vos albums photos persos mais surtout pas celui-ci qui est un petit bijou !
 » Dans la ville » de Tineke Meirink est édité par les excellentes éditions Le Diplodocus au prix de 13.90 euros.

lire l'article

Chloé Seguret

L’illustratrice Hollandaise Tineke Meirink pose son regard sur l’environnement urbain et laisse s’exprimer son imagination.

Toutes sortes de créatures, humains, animaux ou objets peuvent prendre forme à partir des images qui nous entourent.

Cette plaque d’égout ne ressemble-t-elle pas à un escargot ? Et cette fissure, on dirait des vagues, non? Quant à ces briques, aucun doute, elles font un escalier parfait!

En ajoutant une forme par-ci, un peu de couleur par-là, Tineke Meirink donne à voir l’invisible, la petite touche de poésie qui se cache dans le quotidien.

Petit format, angles arrondis, papier épais et couverture cartonnée, ces deux albums sont de beaux objets.

La photographe présente, sur chaque double page, une photo brute sur la droite et l’image transformée au verso, sur la gauche. Jeu de surprise et de devinette, on cherche à savoir ce qui va suivre, en exploitant les indices donnés par le texte.

On aussi peut regarder ces albums avec des tout petits, qui s’amusent de voir les objets se transformer. Et avec les plus grands, c’est  une véritable éducation du regard, ils se prennent au jeu et se mettent à chercher, eux aussi, les formes évocatrices autour d’eux.

(Note pour les parents: ne pas leur laisser les feutres à portée de main quand ils sont dans cette humeur créative, on sait jamais!)

Le jeu peut se reproduire et s’enrichir à l’infini et les promenades en ville prennent alors un autre sens.

lire l'article

BBtheque

Revisitons la ville !

Vous êtes en ville et il fait peut-être gris, météo courante quand vient l’automne… Pourquoi ne pas en profiter pour changer le regard sur votre environnement, voire le magnifier avec vos jeunes enfants ? Les éditions Le Diplodocus éditent un livre de Tineke Meirink intitulé Dans la ville, qui s’amuse à revisiter, land art on te retrouve, le paysage urbain :

Dans ce guide touristique livre d’éveil artistique, la patrimoine citadin est source d’inspiration pour toutes formes d’expressions plastiques, participant à l’éveil et à la créativité du jeune enfant : observer le réel, projeter le fruit de son imagination, orchestrer la rencontre de l’objectif et du subjectif, inviter à la création. Une page invite ainsi le bébé lecteur à découvrir une photographie prise en ville, tandis que la page suivante lui présente, par un effet de surprises, l’image altérée, enrichie, détournée, par ce que l’auteur artiste y a mis en plus… L’enfant peut jouer au jeu des X différences, tandis que l’adulte pioche une quantité d’idées pour faire revisiter aux enfants leur environnement.

Trêve de mots, place aux images et bonne promenade !

lire l'article