les grrr

Clémence Sabbagh (texte)
Agathe Moreau (illustration)
Format 20 × 23 cm
Sortie le 04 octobre 2018
32 pages
ISBN 979-10-94908-09-9
À partir de 4 ans

12,90

S’il y a une chose sur laquelle les Grrr s’accordent c’est qu’ils ne sont pas contents. Tout est trop ou pas assez, mais jamais comme il faut.
Jusqu’au jour où de mystérieux points rouges apparaissent sur la façade d’un immeuble et chamboulent leur existence.

Une histoire pour rappeler aux grrr qui sommeillent en nous qu’il faut parfois déborder un peu pour prendre la vie du bon côté.

µ Ils ont aimé

La mare aux mots

Les Grrr portent bien leur nom : ils sont toujours comment dire… grrrincheux, grrrimaçants, grrrognons ! C’est bien simple, rien ne leur plaît : il ne fait jamais assez beau, ni assez chaud, les activités qu’ils pratiquent les ennuient toujours, la nourriture qu’ils mangent est toujours trop grasse ou trop sucrée. Bref, c’est bien simple les Grrr n’aiment RIEN. Jusqu’au jour où… surprise ! Des petits pois rouges apparaissent sur l’immeuble d’en face. À partir de ce moment les Grrr vont arrêter de grogner et décider d’envisager la vie du bon côté.

Les Grrr est un petit album curieux et drôle à souhait ! Clémence Sabbagh nous conte l’histoire de ces créatures roses qui ne sont jamais contentes de rien ! Vous l’aurez compris les Grrr c’est une métaphore de… nos mauvaises humeurs ! Les Grrr ce sont nos moments passagers où l’on ronchonne, où l’on rouspète et où l’on a décidé que rien ne se passerait bien.

L’histoire est très bien construite, très drôle avec des gags à répétition dans les premières pages : nos héros trouvent toujours quelque chose à redire à la nourriture, au temps, à leur lieu d’habitation… Jusqu’au moment charnière de l’album où les petits pois rouges entrent dans leur vie. À partir de ce moment, les Grrr vont décider de construire un nouveau monde qui va les réjouir. La fin de l’album est à la fois inattendue et amusante (attention je ne vous la spoile pas). Le trait d’Agathe Moreau est réjouissant, l’illustratrice croque avec finesse et humour les Grrr (leurs expressions faciales sont particulièrement bien réussies, on a l’impression d’être face à des bébés boudeurs !). L’album évolue au fil des pages : le monde en noir et blanc des Grrr se transforme à mesure que ces derniers décident de modifier leur quotidien en le repeignant ! Les Grrr est un joli album « feel good » sur l’art d’être grognon et de prendre la vie du bon côté !

Un chouette album qui fait du bien et nous fera arrêter de ronchonner !

Sarah

lire l'article

NVL la revue

Une, deux, trois taches d’encre rouge, quelques traits noirs et fins, et voilà trois Grrr, trois créatures râleuses à souhait : elles râlent tout le temps, pour tout, sont constamment insatisfaites de leurs activités, de ce qu’elle mangent, du temps qu’il fait, des gens qui les entourent…. Elles s’ennuient et n’ont rien d’autre à faire que de râler. Or un jour, à force de s’ennuyer, les Grrr observent autour d’elles des taches rouges qu’elles n’avaient jamais remarquées auparavant. Elles s’interrogent, elles ne parlent plus que de ça et en oublient donc… de râler. Cette découverte va les pousser à jouer avec ces taches et à peindre autour d’elles tout un univers coloré. C’en est alors fini de l’ennui !

La chute ne nous laisse pas en reste : ces Grrr sont en fait le fruit de l’imagination d’un enfant, peintre mural en herbe qui a redécoré les murs de sa chambre pour raconter cette histoire.

Album sans aucun doute jubilatoire pour les enfants…. Qui n’a jamais essayé de dessiner sur un bout de mur ou de table contre l’avis réprobateur des parents ? Comme quoi, l’ennui est profitable pour stimuler la créativité des enfants ! PBE

NVL la revue n°218 (dec 2018) p69

lire l'article

Lire sous Le Tilleul

Un nouvel album sur les émotions qui met en valeur les ronchons, les grincheux et les pas-contents ! Autrement dire un chouette album d’actualité qui se présente entre album classique et bd. Les grrr sont la métaphore de nos mauvaises humeurs pour nous pousser à en rire. L’arrivée de trois petits pois rouges apporte une issue graphique, surprenante, gaie et heureuse… cet album pourra très vite être mixé avec le classique livre des émotions et le dernier Hervé Tullet.

Frederique Letilleul

lire l'article

Sans connivence

Une petite tache d’encre rouge, quelques traits fins noirs et hop voici les Grrr. Les Grrr, comme leur nom l’indique, sont grognons, n’aiment rien , trouvent tout trop moche ou trop froid ou trop pénible… C’est bizarre ça me rappelle quelqu’un… Les Grrr ont beau faire de la cuisine, se promener, faire du sport, ça ne va jamais… Oui, ça me rappelle vraiment quelque chose… En gros, les Grrr grognent pour tout et pour rien… Ah ! j’y suis, je sais à qui ils me font penser ces Grrr, à mes (petits) enfants, un jour gris de pluie de novembre quand les parents n’ont envie de rien non plus sauf qu’on les laisse tranquilles… Laissons-les s’ennuyer un peu, c’est très productif pour leur cerveau trop exploité.
Tiens, chez les Grrr, des petits pois rouges apparaissent… Bizarre ! C’est quoi ? Voilà soudain un sujet de questionnement qui les sort de leur mauvaise humeur…surtout que les pois rouges deviennent plus qu’envahissants…. Oh ça donne des idées aux Grrr, et si on donnait à ces pois rouges des copains de toutes les couleurs ? Oh ça devient rigolo… très rigolo… Et du côté des adultes ces rires commencent à éveiller des soupçons…. OOOH!!!! Ce n’est pas possible ! Vous ….
Non vous ne saurez rien de la chute de cette histoire…. qui ravira surtout les enfants ( moins les parents qui n’aiment que ce qui ne bouscule pas les jolies conventions du savoir-vivre dans sa chambre ) et…les enseignant(e)s de maternelle. Ces dernier(e)s adorent les histoires avec des points de couleur, ( un peu moins les taches pour certain(e)s mais je ne m’attarderai sur les maniaqueries …) qui permettent de jolies créations artistiques à la portée de l’imaginaire de leurs élèves, surtout quand celles-ci, comme dans cet album, peuvent avoir une portée nuisible… mais qu’à la maison ( sous entendrai-je un soupçon de perfidie vengeresse de la part de la maîtresse de Enzo-Paul et du maître de Marie-Simone ? ).
Avec cet album que l’on dévorera à partir de 4 ans, les auteures Clémence Sabbagh et Agathe Moreau font preuve d’un vrai sens de l’observation et d’un redoutable pouvoir d’incitation à la débauche…picturale ( ouf, vous voilà rassurés). Alors, pour les parents audacieux, je dis : chiche que vous offrez ce petit bijou à vos enfants pour Noël !

lire l'article

BBthèque

Réveiller le monstre qui est en soi, et pourquoi pas ? Aujourd’hui dans la BBthèque, nous partons à la rencontre de petites bêtes rouges, à poils, queues et crêtes dorsales, qui ne sont jamais contents : ils pensent « Grrr », donc ils le sont !

Cette histoire, écrite par Clémence Sabbagh et Agathe Moreau aux éditions Diplodocus, met ainsi en forme (par un graphisme très sympa) et en scène (on tire vers la bande dessinée) un état émotionnel dont nous sommes tous victimes un jour ou l’autre : le mécontentement, poussé à son paroxysme dans la communauté des Grrr en ce qu’ils ne semblent, en fait, jamais contents, ni du temps qu’il fait, ni de ce qu’ils font, ni de ce qu’ils mangent, ni de vivre ensemble, tout est sujet à râler et demeurer insatisfait.

Et puis… un jour… quelque chose de nouveau survient. Quelque chose de nouveau et surprenant, qui va permettre à chacun de sortir de cet état. Quelque chose de rien du tout, pourtant : trois petits pois (qui sont rouges, comme eux). Ces trois petits pois, que tout le monde peut voir car ils apparaissent sur la façade d’une haute tour de la ville, suscitent d’abord l’interrogation, l’étonnement, la recherche du pourquoi du comment. Le lendemain, les petits pois se sont multipliés ! Les Grrr passent de la curiosité à l’enthousiasme pour ce prodige, auxquels ils adhèrent parce qu’il les motive : les voici même, tous sourires, qui poursuivent cette aventure inouïe en ajoutant, avec leurs crayons, leurs pinceaux, d’autres pois, de toutes les couleurs cette fois, et puis d’autres formes, des lignes, triangles, rectangles, etc. pour finir écrire des mots délivrant toutes sortes de messages, personnels ou universels, dans un grand vent de parole libérée…

Les Grrr sont désormais si contents qu’ils entraînent tout le monde dans leurs débordements de joie… y compris cette petite fille narratrice, image du bébé lecteur, qui conclut l’histoire, un pinceau vert à la main et sa maison (murs et sols) remplie de ses dessins, en interpellant en ces termes ses parents :

Les Grrr font comme ça et pas autrement, tu les connais pas ?

On leur consacre chaque année une journée, une journée où tout le monde peint et dessine ensemble sur les murs.

Et surtout, surtout, où il est interdit de râler !

Un album résolument positif qui apprivoise nos émotions avec humour et fantaisie. Youpi !

lire l'article